Les certificats bio, oeko tex &co, kézako ?

Pomkin privilégie dès que possible les tissu certifiés oekotex et bio, mais en fait ça sert à quoi, hein ? Et Pomkin utilise aussi beaucoup de fibres naturelles, mais pas toujours…. pourquoi ? Vous avez raison de vous poser la question, voilà nos réponses, sans doute pas encore parfaites, mais on y travaille

 

Le certificat oeko tex est attribué aux fournisseurs (tisseurs, teinturiers) selon des règles strictes relatives aux produits chimiques utilisés à toutes les étapes de la fabrication des tissus et fournitures (exclusion de nombreux produits et valeurs limites très basses). En clair un tissu certifié oeko tex n’a pas été traité par des agents chimiques nocifs pour la santé qui pourraient ensuite être absorbés par inhalation ou contact avec la peau.
Le vêtement est donc parfaitement sain pour les humains et propre pour la planète.

 

Le bio concerne en général le coton, qui est issu de l’agriculture biologique. Cela ne garantit pas que le traitement subi ensuite par la plante est bio aussi ! Chez Pomkin, nous utilisons du coton bio dès que nous en avons la possibilité (malheureusement encore trop peu de fournisseurs en proposent), et faisons des teintures ou impression oeko tex afin que le produit soit le plus propre possible pour les mamans comme pour la planète

 

Parfois aussi on utilise des tissus qui ne sont ni bio ni oeko tex, ni en coton ou laine. Ah ? pourquoi ? Tout est une question d’arbitrage, et ce n’est pas simple. Par exemple la viscose de bambou certifiée oeko tex est très propre aussi : le bambou pousse grosso modo tout seul en consommant très peu d’eau contrairement à la culture du coton. Et la transformation de la cellulose du bambou en viscose peut tout à fait être propre quand les produits chimiques utilisés sont limités, et sont utilisés en circuit fermés. Enfin, la viscose (de bambou comme d’une autre plante) est extrêmement douce et fluide, plus que le coton. On va donc parfois mélanger du coton avec de la viscose pour créer de nouvelles matières et profiter des atouts de chacune. Le polyester aussi a aussi deux atouts majeurs : on peut faire des plissés permanents avec, il ne rétrécit pas au lavage et il demande très peu de repassage, donc on le privilégie pour certains modèles. Même chose pour l’acrylique, qu’on intègre à petite dose dans nos tricots pour sa capacité à faire tenir la maille et à faire chanter les couleurs. Le coton seul prend moins bien la couleur et a tendance à se déformer, ce qui pose encore plus problème pour des vêtements de maternité.

Haut de page